Crise sanitaire : ce qu’elle change pour le permis de conduire et l’épreuve du Code de la route

periode covid passage permis de conduire

Si de nombreuses professions ont été fortement impactées par la crise sanitaire, les établissements de formation à la conduite ont été tout particulièrement touchés. La crise du coronavirus a non seulement chamboulé les formations, à la fois pour l’examen du Code de la route que pour la conduite, mais aussi les règles de passage de l’épreuve théorique comme de l’épreuve pratique.

Un examen du Code de la route aseptisé

Les candidats qui se préparaient pour passer l’examen du Code de la route ne sont pas ceux qui ont été le plus touchés par le confinement puis par les mesures sanitaires qui ont été mises en place pour encadrer les activités des auto-écoles, et qui doivent encore être appliquées jusqu’à nouvel ordre.

Grâce aux plateformes de formation en ligne, les candidats au Code ont pu mettre à profit une partie du temps du confinement pour poursuivre leurs révisions. Vous pouvez réviser gratuitement le code de la route sur Ornikar par exemple. La possibilité pour ces candidats de se former en ligne a permis de réduire les retards sur ces examens.

Les épreuves théoriques sont de nouveau dispensées depuis le 11 mai 2020, mais si l’examen du code n’a pas changé dans le fond, la forme n’est plus exactement la même. Un protocole sanitaire extrêmement strict doit dorénavant être appliqué par les candidats comme par les examinateurs. Ainsi, tout est fait pour que chacun soit protégé, puisque les candidats comme les examinateurs doivent porter un masque dès que la situation l’exige. La disposition des salles d’examen a également été revue afin que chaque candidat se trouve à au moins d’un mètre des autres candidats, et que chacun bénéficie de quatre mètres carrés au minimum, réduisant ainsi le nombre de candidats pouvant être accueillis en même temps.

Depuis l’entrée dans le second confinement, les examens du Code de la route sont maintenus dans ces conditions sanitaires, afin que tous les candidats qui se sentent prêts puissent obtenir leurs épreuves sans subir de retard.

masque obligatoire pour permis de conduire

Des heures de conduite et un examen pratique chamboulés

La crise sanitaire a eu un impact nettement plus important pour les candidats à l’examen pratique que pour ceux préparant l’obtention du Code de la route. En effet, le premier confinement avait engendré l’annulation de 350 000 examens pratiques, ce qui représente autant de candidats qui ont dû reprendre des heures de conduite après plusieurs mois sans pouvoir s’entraîner.

Depuis la reprise des formations théorique le 11 mai 2020 puis celle des épreuves pratiques le 8 juin, les candidats ont pu suivre de nouveau des heures de formation à la conduite et recommencer à passer leurs épreuves, mais seulement en devant respecter eux aussi un protocole sanitaire strict. Le gouvernement a mis à disposition une FAQ pour répondre au mieux aux questions des candidats.

Ici encore, tout avait été fait pour protéger les candidats comme les enseignants. Cette obligation de respect du protocole sanitaire était d’autant plus nécessaire que les candidats et les enseignants de la conduite se retrouvaient enfermés pendant une heure dans le véhicule à double commande. Ils devaient tous deux porter un masque, et le véhicule devait être rigoureusement désinfecté afin de réduire au maximum les risques de contagion entre les candidats et le moniteur. L’utilisation de la climatisation ou du chauffage était également interdite pendant les heures de cours, toujours dans cette optique de réduction maximale des risques.

La situation complexe des auto-écoles pendant le confinement

Un second confinement qui s’annonce encore très difficile pour les écoles de conduite

Mais voilà, si les auto-écoles ont pu reprendre leurs activités pendant cinq mois, le reconfinement est un nouveau coup dur pour les enseignants de la conduite. En effet, alors que le premier confinement a déjà eu un impact extrêmement dur sur les finances des auto-écoles, le second confinement, en vigueur depuis le 30 octobre, ne va pas aider les difficultés à se résorber. 

Si le gouvernement a choisi de maintenir les examens pratiques pour résorber les 350 000 examens pratiques qui ont été annulés, cela se fera sans révisions de dernière minute car, même si toutes les épreuves sont maintenues, les auto-écoles n’ont plus le droit de donner de cours de conduite à leurs élèves.

Cette situation est dénoncée par l’ensemble des auto-écoles qui exigent plus de cohérence de la part du gouvernement car, en présentant aux examens pratiques des candidats n’ayant pas suivis d’heures de formation avant leur épreuve, les taux de réussite risquent de chuter drastiquement, obligeant ainsi les usagers à repasser le permis de conduire une nouvelle fois, ce qui ne fera qu’augmenter le nombre de candidats en attente d’une date d’examen. Les auto-écoles demandent donc soit un maintien des cours pratiques et des examens afin d’accompagner au mieux leurs candidats, soit l’arrêt définitif des cours et des examens pendant la durée du reconfinement.

Restez connecté avec l’actu France Casse !

youtube france casse twitter france casse linkedin france casse facebook france casse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *